Langues amérindiennes : le innu montagnais

Langue :

l’innu montagnais est une langue algonquienne parlée par environ 9000 personnes dans l’Est du Canada. En réalité les montagnais et les naskapis font partie de la même nation indienne, ils parlent d’eux mêmes en utilisant le terme « Innu » ; cependant l’écart entre leurs langues s’est agrandi à tel point que la plupart des linguistes les considèrent comme des langues différentes (bien qu’ils classent le naskapi comme un dialecte du montagnais, ou les deux comme des dialectes de la langue crie). Le montagnais est certainement très proche du cri, au moins autant que l’espagnol l’est à l’italien. Ceux qui parlent le montagnais appellent leur propre langue Innu-Aimun, or Innu Aionun; depuis que ceux qui parlent le naskapi appellent leur langue aussi Innu-aimun, les linguistes ont tendance à désigner les deux langues comme le innu montagnais et le innu naskapi pour une question de clarté. Bien que les Innus doivent faire face à beaucoup de crises sociales aujourd’hui, la perte de la transmission de leur langue n’en fait pas partie et la plupart des enfants Montagnais est élevée dans leur langue maternelle. L’analphabétisme est un plus grand problème dans ces communautés indigentes, où l’éducation est inadaptée et généralement en français. Quand la langue montagnaise est écrite, l’alphabet français est habituellement utilisé. Jusqu’à 3000 Innus ne parlent que leur langue maternelle, et le reste parle aussi le français (particulièrement au Québec) ou l’Anglais (au Labrador).

Peuple :

les deux peuples que les colons blancs connaissaient sous le nom de « Montagnais » et « Naskapi » étaient en fait les membres d’un même peuple, le peuple Innu. Parce qu’ils habitaient des endroits différents, et que leurs vêtements étaient différents aussi, les colonisateurs européens s’en sont occupés séparément. Ils appelèrent les plus grand groupe « Montagnais » (les personnes habitant les montagnes) et le plus petit groupe « Naskapi » (en Montagnais : les personnes qui s’habillent mal.) Malgré les différences de conviction qu’ils auraient pu avoir entre eux sur les questions touchant à la mode, cependant, les Naskapi et les Montagnais se sont toujours considérés comme des communautés différentes au sein d’une même nation, et beaucoup d’Innus rejettent totalement les étiquettes « Montagnais » et « Naskapis ». Il y a environ 14000 Innus au Labrador et au Québec aujourd’hui, parmi lesquels il n’y a que 800 Montagnais. Bien que les Innus et les Inuits soient voisins, la ressemblance entre leurs noms est fortuite, leurs langues n’ont pas une origine commune et ne partagent pas plus de racines communes qu’avec l’anglais.

Histoire :

Au début, les relations avec les Européens étaient amicales et mutuellement bénéfiques, car les Innus faisaient du commerce de fourrure avec les Français et firent alliance avec eux contre la puissante Confédération iroquoise. Malheureusement pour les Innus, une fois que les autres Européens eurent gommé l’avantage initial en vendant des armes à feu aux Iroquois, cette alliance puissante de pays vainquit les Français, tout comme les Innus et les Algonquins et entre la guerre et les maladies européennes, la poulation innue fut décimée. Les survivants furent installés dans des villages par des Européens bien intentionnés, mais la terre innue, contrairement à la terre des Indiens sédentaires, n’était pas bien adaptée à l’agriculture, et privés de leur style de vie précédent et efficace de chasseur cueilleur, les Innus sombrèrent rapidement dans la pauvreté et la dépendance. La tribu innue lutte aujourd’hui pour reprendre le contrôle de leurs terres traditionnelles, que les gouvernements du Canada et du Québec utilisent pour l’exploitation des mines, l’abattage des arbres, la construction des centrales électriques, et pour mener des manœuvres militaires sans la permission des autochtones qui essayent de gagner leur pain sur ces terres. Plus récemment, une fuite de mercure des centrales a contaminé l’eau potable des Innus et de leurs voisins Attikameks, et le peuple innu demande maintenant une suspension de tous les projets industriels sur la terre innue.

lien-source

Les Nations Autochtones du Québec

warrior

Les Montagnais

Les Montagnais forment la nation autochtone la plus populeuse du Québec. Avant la colonisation, ils occupaient un immense territoire longeant la Côte-Nord et le Saguenay, englobant les terres jusqu’à la hauteur de Schefferville. Selon des témoignages issus de la tradition orale, les Montagnais côtoyaient les Inuit de façon plus ou moins harmonieuse jusqu’à ce que ces derniers se replient au nord, en 1760. Au XVe siècle, les Montagnais ont établi les premiers contacts avec des baleiniers et des morutiers européens venus pêcher sur les côtes et établir des campements temporaires.

Les Nations Autochtones du Québec