Je suis un chien perdu, un chien abandonné.
On m’a pris tout l’amour que je pouvais donner.

Il y a bien des jours que je suis vagabond.
Mes maîtres bien-aimés, si gentils et si bons,

En partant en congé la semaine dernière,
M’ont je ne sais pourquoi, jeté par la portière.

Je croyais à un jeu, un peu cruel peut-être,
Mais j’ai vu tout à coup leur auto disparaître.

Et je suis resté là au milieu de la route.
J’étais endolori, la culbute, sans doute.

Cependant j’ai couru, couru à perdre haleine,
En aboyant très fort, pour qu’enfin, ils reviennent.

Ce fut en vain, hélas !ne m’entendirent pas.
Et je suis malheureux, et je ne comprends pas.

Bien sûr, je deviens vieux, je n’y vois plus très bien.
Ah, qu’il est loin le temps, où encor jeune chien,

Ayant touché le coeur de la petite fille,
Je faisais mon entrée au sein de la famille.

J’étais choyé alors, et rien n’était trop beau.
On me comblait d’honneurs, de baisers, de cadeaux.

Quand je devins plus grand, je n’ai pas oublié,
On m’accrocha au cou un superbe collier.

Je n’étais pas peu fier quand ma jeune maîtresse,
M’emmenait promener en me tenant en laisse.

J’appris à faire le beau à leur donner la patte,
A lancer un ballon, à cacher des savates,

A ne pas aboyer quand c’était défendu,
A revenir au pied, à rester étendu

A faire le gardien près du petit berceau,
A jouer au cheval, les enfants sur mon dos,

Bref, pendant des années, jusqu’à ce jour fatal,
Ce fut le grand bonheur, ineffable, total.

A présent c’est fini, je ne suis que douleur.
Je ne leur en veux pas, ils n’avaient pas de coeur.

Mais je me sens bien las, j’ai froid, je suis mouillé.
Seigneur, je voudrais tant retrouver un foyer.

Je me ferai petit, ne tiendrai pas de place.
Je sais, je ne suis pas un chien de bonne race,

Mais pour peu que l’on m’aime et que l’on me caresse,
Je ne demande rien qu’un peu de gentillesse.

Que de ce noir chagrin, bien vite, on me délivre,
Et qu’on me rende enfin ma joie, ma joie de vivre.

Je suis un chien perdu, un chien abandonné,
Pourtant, j’ai tant d’amour encore à vous donner.

Auteur : Renée Jeanne Mignard

 

U Cursinu

Fermer le menu