Standard

Le chien corse « U Cursinu ».

Classification : Groupe 5

Origine : Corse (France).

Utilisation : Chien polyvalent. Actuellement utilisé le plus souvent pour la chasse.

Hauteur au garrot : ° pour les femelles de 46 à 55 cm. ° pour les mâles de 46 à 58 cm. Le chien corse est eu métrique.

Introduction : Le chien CORSE, Chien de berger de type primitif très polyvalent. Il constitue une population canine insulaire relativement homogène. En 1989 Une Association s’est créée pour sauvegarder ce chien en voie de disparition (Alors qu’il aurait été présent en grand nombre sur l’Île depuis le 16ème siècle). Plus de 300 chiens Corses ont été recensés en 1992. L’identification,

les mesures et les photographies de la plupart des sujets ont permis, d’élaborer une ébauche de standard. Le rôle et les activités de l’Association, pour l’avenir de ce chien sont primordiaux. : Son objectif final est de parvenir à la reconnaissance de la race.

Historique : Le chien corse « U Cursinu » est présent sur l’île (Corse) depuis le 16ème siècle. C’est un chien de berger primitif, il accompagnait les troupeaux, gardait la bergerie et la maison du maître. A l’ordre il prenait les bêtes ou courait le gibier. A l’occasion on en fait un chien guerrier. Cette polyvalence et son insularité en font un chien particulier, il est aujourd’hui utilisé le plus souvent pour la chasse au sanglier. Son nom « U Cursinu » (qui veut dire chien corse ou provenant de chien corse) véritable invention du langage populaire. L’apport des différents courants de sang qui a façonné le type morphologique actuel.

Caractère : Ce chien est rustique, très actif, aime chasser, il est méfiant vis à vis des inconnus est très attaché à son maître et peut devenir un agréable chien de compagnies. Il demande au dressage plus d’attention qu’avec les autres races. Il a besoin d’un maître de caractère qui peut lui apporter des exercices physiques.

Santé : Cette race ne connaît pas de problèmes de santé particulier.

Alimentation : Peut se contenter d’une nourriture simple et peu abondante.

Standard : Race reconnue en 2003 par la SCC.

Aspect général : C’est un chien de pays, rustique, robuste. Il est de type médioligne, eu métrique. Il est caractérisé par une encolure courte.

Proportions : La hauteur de poitrine est environ égale à la moitié de la hauteur au garrot. La longueur de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse tend le plus souvent à être égale à la hauteur au garrot. La longueur du chanfrein est approximativement égale à la moitié de la longueur de la tête.

Comportement : Le Cursinu est docile, fidèle et très attaché à son maître. C’est un chien fier. Il est méfiant vis à vis des étrangers. C’est un chien intelligent, calme et équilibré, capable de s’adapter à de nombreuses situations. Tranquille à la maison, il déborde d’énergie et de vivacité quand il est en action.

Tête : La tête appartient au modèle lupoïde défini par P. Megnin.

Région crânienne : Le crâne est à peu près plat, d’une largeur au niveau des arcades orbitaires d’environ 10 cm chez les femelles et 11 cm chez les mâles en moyenne.Les lignes cranio-frontales et du chanfrein sont divergents. Le profil du chanfrein est rectiligne à sub-convexiligne. Les arcades sourcilières sont peu saillantes à effacées. Le stop est peu accentué selon un angle ouvert de 150 à 160 degrés.

Région faciale : Truffe : Large, noire, narines ouvertes. Museau : En forme de pyramide tronquée, son profil supérieur est droit. Sa longueur est approximativement égale à la moitié de la longueur de la tête (47% en moyenne). Le museau est relativement fin. Lèvres : Minces, tendues, jointives bien pigmentées. LA lèvre supérieure ne recouvre pas la lèvre inférieure. Joues : Sèches, musclées. Yeux : Ovales, de couleur noisette à marron foncé. Ils sont peu obliques. Oreilles : Attachées le plus souvent au dessus de la ligne de l’oeil mais parfois à son niveau. De préférence tombantes, mais les oreilles semi tombantes (cassées en V ou repliées en rose) sont admises. Triangulaires, de longueur moyenne, elles peuvent recouvrir l’oeil jusqu’à son angle interne lorsque l’on tire vers l’avant.

Cou : Le cou est court, ce qui donne parfois cette impression de « tête rentrée dans les épaules ». Il est musclé, de section ovale, tronconique. La peau est tendue: il n’y a pas de fanon.

Corps : Puissant, sans lourdeur excessive. Ligne du dessus rectiligne. Garrot large et saillant. Attache de l’encolure peu marquée. Dos au profil rectiligne et à musculature puissante. Rein court. Croupe légèrement inclinée, courte et musclée. Poitrine large et haute. Elle ne descend pas en dessous de la pointe du coude: le vide sous sternal est sensiblement égal à la moitié de la hauteur au garrot. Les côtes sont moyennement arrondies. Ligne du dessous harmonieuse: le ventre est relevé mais non levretté. Les flancs sont courts.

Queue : Le fouet est entier. Il est long (au dessous du jarret) ou de longueur moyenne (au niveau du jarret). Il est toujours épais, bien fourni en poils. En action, il s’enroule au-dessus du dos ou de la croupe, parfois de la hanche. L’enroulement peut être partiel ou total, allant jusqu’à un anneau serré qui est la forme recherchée.

Membres : Les aplombs sont réguliers; la musculature est puissante.

Antérieurs :

  • Epaule oblique et musclée.
  • Le coude est placé au niveau de la partie inférieure de la poitrine.
  • Avant-bras vertical de profil.
  • Canon moyennement oblique.
  • Pied antérieur en forme de pied de lièvre; doigts serrés. Ongles noirs, dépigmentés si le doigt est blanc.
  • Coussinets fermes et de couleur foncée.

Postérieurs :

  • Cuisses d’obliquité moyenne, bien musclées.
  • Genou (grasset) net et bien placé.
  • Jarret sec et net. L’angle du jarret est convenablement ouvert de façon à ce que les postérieurs, vus de derrière, soient verticaux.
  • Métatarse, vu de profil, de direction presque verticale au sol.
  • Pied dit de lièvre, un peu plus allongé que l’antérieur, mais de mêmes caractéristiques pour les ongles et les coussinets. La présence d’ergot est fréquente.

Allures : Régulière et souple au pas comme au trot. Le galop du Cursinu est court, saccadé, sautillant, parfaitement adapté aux terrains accidentés tels que le maquis.

Peau : Epaisse, adhérant parfaitement au corps.

Robe : Le poil est bien fourni, court ou mi-long; chez certains chiens, on note la présence de franges. La couleur est le plus souvent le fauve bringé; toutes les nuances de fauve existent. Le fauve sable ou sable charbonné et le noir marqué de fauve ou de sable sont également admis, ainsi que la présence d’un masque. Les masques fauves peuvent être bringés. La panachure limitée est admise: les taches blanches se localisent au niveau du poitrail et des extrémités des membres.

Défauts : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité. En dehors des tares génétiques connues chez le chien et décelables à l’examen, sont considérés comme défauts éliminatoires.

  • Une tête de type molossoïde.
  • Des oreilles dressées.
  • Un poil ras.
  • L’absence de queue.
  • Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.

Aptitudes : Le chien corse est par essence le chien polyvalent d’autrefois. Il était d’abord un chien de berger et peut être utilisé comme tel. Il était élevé à la bergerie et ne laissait pas approcher les inconnus. Le mode d’élevage extensif faisait qu’il ne guidait pas l’ensemble du troupeau, mais ramenait les animaux égarés ou récalcitrants. Une autre utilisation rencontrée est la recherche et la prise d’animaux élevés en liberté comme les porcs ou les vaches. Il signale le bétail en aboyant et peut l’immobiliser en l’attrapant par l’oreille ou le rabattre vers son propriétaire. Il est enclin à garder spontanément la maison, la propriété, des objets appartenant au maître… Le déclin des activités agropastorales favorise son utilisation par les chasseurs (sanglier, renard, lièvre). Il chasse au vent, d’une façon rapide, souvent pour prendre le gibier; la poursuite est relativement courte, une à deux heures, accompagnée d’aboiements aigus et brefs. Les utilisateurs l’apprécient pour son retour spontané sur les lieux du lâcher.

 

 

U Cursinu